Archive de la catégorie ‘LE PROPHETE MOHAMMED’

QUI EST LE PROPHETE ?

Mardi 14 juillet 2009

 Au Nom d’Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

 Environ 600 années après le départ du prophète Issa (Jésus) , comme Allah  n’avait envoyé aucun autre Messager sur terre, les gens étaient plongés dans l’obscurité. Ils avaient oublié Dieu. Ils avaient oublié les bonnes paroles prêchées par les Prophètes.

Ils fabriquaient des idoles et les adoraient. Ils adoraient aussi les arbres, la mer,le soleil, la lune etc… Ils consommaient des boissons alcoolisées et s’adonnaient aux jeux de hasard. Ils enterraient leurs filles vivantes et brûlaient vives les veuves. Bref, le monde était dans le plus grand égarement et dans la plus grande perdition.

On avait cessé d’adorer le Dieu Unique. Il était alors nécessaire qu’un Messager vienne de la part d’Allah  pour guider à nouveau l’humanité vers le chemin de la Vérité.


 

 SA NAISSANCE

       C’est alors à la Mecque, que le prophète (sws) (que Dieu lui accorde Sa Grâce et Sa paix), très probablement le lundi 12 du mois de « Rabi’oul Awwal » de l’année de l’éléphant.

Lors de la naissance de Mohammad (sws), plusieurs événements eurent lieu à travers le monde ; ainsi le palais de l’empereur perse trembla et un feu qui était allumé depuis des siècles dans un de leurs temples s’éteignit.

SA GARDE

  Son père Abdoullah mourut deux mois avant la naissance de Mohammad. Agé alors de 6 ans, après la mort de sa mère Amina, il fut pris en charge par son grand-père Abdoul Mouttalib. Mais deux ans, deux mois et dix jours après la mort de sa mère, Abdoul Mouttalib tomba gravement malade. Il appela alors à son chevet tous ses fils et décida qu’après sa mort, Mohammad serait confié à l’un d’eux : Abou Talib.

Abdoul Mouttalib mourut quelques temps plus tard alors que Mohammad n’avait que 8 ans. Abou Tâlib était l’oncle de Mohammad. Il avait une famille nombreuse mais malgré cela il n’hésita pas à recueillir Mohammad (sws).

Pour pouvoir élever sa famille, il allait jusqu’en Syrie (le Châm) pour faire du commerce.

UN SIGNE

       Lorsque Mohammad fut âgé de 12 ans, son oncle Abou Tâlib décida de faire un voyage vers la Syrie. Le jeune Mohammad voulut l’accompagner mais Abou Tâlib refusa à cause des difficultés du voyage. Puis comme il insistait beaucoup, il accepta de l’emmener avec lui. Ce fut son premier voyage vers la Syrie.

 Ce fut à l’occasion de ce voyage qu’il rencontra un moine nommé « Bahira » qui reconnut en lui les signes distinctifs du Prophète qui avait été prédit dans l’évangile et qui était attendu. Il conseilla à Abou Tâlib de ramener Mohammad (sws) rapidement vers Makkah et de bien veiller sur lui.

 Mohammad (sws) avait cultivé pendant son enfance et sa jeunesse un certain caractère et une force morale tout à fait différents des autres. Il avait de bonnes manières. Il était honnête et loyal. Aussi, les gens de Makkah l’appelait « Al-Amine » (le digne de confiance).


 

KHADIJA

      Il y avait à la Mecque une femme veuve très riche qui s’appelait Khadija (qu’Allah l’agrée). Elle faisait du commerce à Makkah mais aussi en dehors de l’Arabie, par l’intermédiaire d’autres personnes.  Quand elle apprit que Mohammad (sws) était l’homme le plus honnête de la Mecque, elle lui proposa de conduire une de ses caravanes commerciales vers la Syrie, en échange d’un salaire.

QUI EST LE PROPHETE ? dans LE PROPHETE MOHAMMED desert203

Mohammad (sws) accepta sa proposition et accomplit ainsi son second voyage vers ce pays. Maysara ( une servante de Khadija, qui les accompagnaient) constata aussi lors de ce voyage d’autres signes étranges concernant Mohammad. Elle en fit alors part à Khadija (qu’Allah l’agrée) à son retour.

       Khadija (que Dieu l’agrée) était une femme riche et éduquée. Elle envoya alors une messagère nommée Nafiça chez l’oncle de Mohammad pour lui faire part de son désir d’épouser Muhammad. La demande ayant été acceptée, Mohammad, (sws) était alors âgé de 25 ans lorsqu’il épousa Khadija qui pour sa part avait 40 ans.

Elle a vécu plus d’un quart de siècle (plus de 25 ans) avec son époux. Mohammad  (sws) n’épousa pas d’autres femmes tant que Khadija était encore en vie. Elle fut sa meilleure épouse et compagne. De cette union, naquirent quatre filles et deux fils. Les deux fils s’appelaient Quassim et Tahir. Tous deux moururent en bas âge. Les filles s’appelaient Zeïnab, Oum Koulçoum, Roquayya et Fâtima.

LA REVELATION

     Avant la première révélation, il avait l’habitude de se rendre dans une grotte au mont « Hirâ » pour méditer.

Ce fut là ; pendant une nuit du mois de Ramadan, à l’âge de 40 ans, que soudainement, Mohammad perçut une présence, dans le silence de la nuit.

Une voix se fit entendre :

« Lis ! » Mohammad était bouleversé. « Je ne sais pas lire » lorsque la voix répéta l’ordre c’est comme si la terre s’était mise à trembler :     » Lis ! »  
 -   » Que dois je lire ?  »

Puis soudain, il se sentit comme libéré.

 » Lis ! au nom de ton Seigneur qui a créé ! Il a créé l’Homme d’un caillot de sang. Lis car ton Seigneur est le Très Généreux. Qui a instruit l’Homme au moyen du Calame, de la plume. Il lui a enseigné ce qu’il ne savait pas.  »   [ Sourate 96 L'adhérence - Verset 1 à 5 ]

       Ce furent les 5 premiers versets du Glorieux Coran, la voix était celle de Gabriel , l’esprit de Foi et de Vérité, qui fut envoyé par Dieu au dernier des prophètes. Mohammad était envoyé à l’Humanité tout entière, pour guider les Hommes mais aussi les Djinns vers le chemin de Dieu.

SON MESSAGE

L’aimé d’Allah, comme il fut surnommé, reprocha aux Mecquois leurs idoles (statues qu’ils prenaient pour Dieu), les appela à adorer le Créateur Unique et leur récita les versets du Coran pour les guider dans la bonne voie.

Comme réponse il fit face à la torture et l’oppression. Lorsque les Mecquois prirent conscience de leur incapacité à lui faire face, il lui offrirent royauté, argent et pouvoir mais Mohammad (paix et bénédictions) refusa et dit :

soleilor dans LE PROPHETE MOHAMMED lunedemi » Même si vous me posez le Soleil sur ma main droite  et la Lune sur ma main gauche, je ne renoncerais pas à mon Message  »

Ce message de quelques mots mais qui pesait plus lourd que les cieux et la terre était :

 Ô vous les gens ! Dites il n’y a nulle divinité digne d’adoration sauf Allah et vous réussirez !

LES PERSECUSSIONS

       Lentement, un par un, le nombre des musulmans augmentait, guidés par le prophète bien-aimé. Mais les musulmans furent l’objet de persécutions dès les premiers temps de l’Islam. On riait et on se moquait d’eux, et comme si cela ne suffisait pas, les non croyants avaient même recours à des attaques et à des tortures physiques.

Quelques centaines de musulmans réussirent à quitter la Mecque, abandonnant leur maison, cherchant refuge en Abyssinie voisine, terre chrétienne, et ceux qui restèrent, subirent des persécutions de plus en plus violentes. Une nouvelle tactique fut mise en place par les chefs de la Mecque. Ils contraignirent le prophète (sws) et ses compagnons à vivre dans un endroit isolé de la ville, et aucune provision ne leur parvenait.

L’AIME D’ALLAH

       Grâce à Dieu, les persécuteurs cessèrent cette pratique inhumaine. Le blocus fut finalement levé et la situation se modifia quelque peu. Les gens purent à nouveau observer et écouter le prophète (sws).

       C’était un bel homme, de taille moyenne, les cheveux et la barbe noire, ses paroles étaient toujours pleines de sagesse et de conseils. La gentillesse et la miséricorde de Mohammed (sws) étaient inégalables. Il accorda une place d’honneur à la femme, une place dans la société qui était inimaginable, un honneur en islam, que l’on ne trouvait nulle part ailleurs.


 

LE VOYAGE NOCTURNE

mekka-quds Ce fut lors de la dixième année de la révélation que le prophète Mohammad perdit son oncle Abou Talib, suivit de la mort de son épouse Khadija, de plus il fut mal traité par le peuple de Ta’if  lorsqu’il vint leur délivrer le message.

Ce fut une année de tristesse pour le prophète (sws). Mais c’est cette année là que Dieu envoya l’ange Gabriel, pour l’élévation suprême du corps et de l’esprit, le voyage nocturne : Al Isra wal Mi’raj.

Un voile séparait le prophète de son Seigneur et c’est là que Dieu offrit le plus grand honneur à Mohammad  (sws) :  les cinq prières quotidiennes, le deuxième pilier de l’Islam. A la suite de ce voyage miraculeux les incrédules redoublèrent de moqueries et de persécutions envers le prophète  (sws).

L’HEGIRE

      C’est alors qu’une délégation de la ville de Yathrib, située à environ 400 Km de la Mecque proposa l’hospitalité à Mohammad et à sa communauté. Mohammad (sws) accepta après treize années d’appel à l’Islam, à la Mecque. Il immigra, lui et les « convertis » à l’Islam, vers Médine, lieu où la religion a pu s’épanouir et où Mohammad  (sws) devint le chef de ce nouvel Etat.

C’est ce que l’on a appelé l’Hégire, et qui marque le commencement du calendrier islamique.

L’AUTORISATION

       Beaucoup de gens à Médine, ont constaté les bienfaits de l’Islam, et se sont « convertis ». Cependant, les Mecquois étaient toujours déterminés à éliminer la communauté musulmane, et ce fut au cours de la deuxième année de l’hégire, pendant le mois de Ramadan, après de nombreuses persécutions que Dieu le Très Haut donna la permission de se défendre.

 « Toute autorisation de se défendre est donnée à ceux qui ont été attaqués. Parce qu’ils ont été injustement opprimés. Dieu est Puissant pour les Secourir. »  [ Sourate Le Pèlerinage 22 - Verset 39 ]

LES BATAILLES

       La première guerre fut appelée la bataille de Badr ; les Musulmans, (trois fois moins nombreux que les Mecquois qui étaient au nombre de mille), sont sortis vainqueurs miraculeusement, avec l’aide de Dieu .

Bataille après bataille, les musulmans prouvèrent qu’ils pouvaient résister à toutes les attaques grâce Dieu et Médine ne fut plus jamais attaquée. Ce fut au cours de la sixième année de l’Hégire qu’une trêve fut décrétée entre Mohammad (sws) et les mecquois, c’est ce qu’on appela « le pacte d’Al-Hudaybiyya ».

LA VICTOIRE

C’est en 629 ; huitième année de l’Hégire, deux ans après la trêve dont les termes étaient constamment violés par les mecquois, que le prophète Mohammad  (sws) décida de se rendre à la Mecque avec une armée de dix milles hommes pour s’emparer de la ville. kaaba_1

Ce fut un miracle, pas une goutte de sang ne fut versée et le prophète passa la porte de la ville, sur son chameau, la tête baissée, en toute humilité, tandis que tous ses ennemis le regardaient.

Il pardonna aux plus grands ennemis de l’islam, face à cette miséricorde, les gens de la Mecque embrassèrent l’Islam sans contrainte.

Le prophète (sws) entra dans l’enceinte de la Ka’aba, où se trouvaient les trois cent soixante idoles et statues devant lesquelles les Arabes se prosternaient. Une par une, sur l’ordre du prophète, les idoles furent détruites. Le prophète (sws) s’installa à Médine qui devint la capitale du nouveau monde musulman.

SON HEURE

       Dieu le Très Haut, rappela son prophète (sws) à l’âge de 63 ans, il mourut dans sa maison à Médine, ne laissant derrière lui que quelques biens, le monde à ses pieds mais sans un dinar à son nom. Alors que personne ne voulu le croire, Abou Bakr, le véridique dit ceci :

 » A quiconque adorait Mohamed, j’annonce la mort de Mohamed.  
Mais à celui qui adore Allah, Le Seigneur est vivant et ne meurt jamais « 

L’esprit de son message demeure aussi clair et vivant que lorsqu’il fut révélé :

shahadatayne

Ô Seigneur, prie sur Muhammad et sur la famille de Muhammad Ô Seigneur, accorde Tes bénédictions a Muhammad et a la famille de Muhammad . Tu es certes Digne de louange et de glorification.  

LA SAGESSE DU PROPHETE (SWS)

Mardi 14 juillet 2009

 Au Nom d’Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux


Introduction
 

     La Tradition [Sunna] est, après le Coran, la seconde source de législation en Islam; pour la définir, nous dirions qu’elle se constitue des actes, des paroles de l’Envoyé de Dieu (sws), ainsi que des actes et des paroles d’autrui, qu’il a agréés.  

Par législation, il faut entendre les prescriptions qui se rapportent à la vie de l’homme, qu’il s’agisse de ses rapports à ses semblables ou à Dieu.

La Tradition est la concrétisation des préceptes divins contenus dans le Coran; elle met en exergue le modèle que doivent suivre les musulmans cheminant vers Allah  :

« Dis: « Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
Sourate 3 la Famille d’Imran Verset  31

«En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment.»
Sourate 33. Les coalisès (Al-Ahzab) Verset 21

 Le prophète (sws) à dit :

« Accrochez-vous à ma tradition »  [ Rapporté par At-Tirmidhî, Abû Dâwud ]

« Je vous ai laissé sur une voie éclatante de lumière, sa nuit ressemble à son jour;
ne s’en écarte, après moi, que celui qui doit périr »   [ Rapporté par Ibn Mâja ]

La Tradition a la même autorité juridique que le Coran ; le musulman ne peut que s’y conformer :

« Dis: « Obéissez à Dieu et à Son Envoyé » S’ils se dérobent, Dieu
n’aime pas les dénégateurs » Sourate 3 La Famille d’Imran verset 32

« [...] Ce que l’Envoyé vous a donné, prenez-le; ce qu’il vous a défendu
de prendre, n’y touchez pas. [...] »
Sourate 59. L’exode (Al-Hasr) Verset 7

La Tradition verbale – Sunna Qawliyya – du Prophète (sws) est une niche de sagesses; elle se particularise par son caractère laconique, s’exprimant dans un style concis mais éloquent, car riche de sens sagaces et pénétrants.  Elle est dans le Coran équivalente de la sagesse:

« Lui qui a envoyé au sein des illettrés un Envoyé des leurs pour leur réciter Ses Signes, les purifier, leur enseigner lecrit et la sagesse »
Sourate 62. Le vendredi (Al-Jumua) Verset 2

  C’est ce que confirment nombre de savants et commentateurs du Coran comme Qatâda, AI-Hassan, Muqâtil Ibn Hayyân et Abû Malik.

     Le travail des savants musulmans anciens et modernes a consisté à mettre en valeur ces sagesses, les mettant à la portée de la masse des musulmans; ces derniers n’étant pas qualifiés pour saisir le ou les sens du hadith.  Une telle tâche exige de posséder une somme de sciences notarmment religieuses, en sus d’une connaissance éclairée de la réalité.

     La présente étude  - La sagesse du Prophète – se fixe pour objet d’expliquer et de commenter une somme de hadiths qui touchent à tous les volets de la vie du musulman: la foi, le comportement avec l’époux ou l’épouse, les enfants, les parents, le voisin, la responsabilité de l’homme dans la société, la morale, l’éducation, la santé, etc.. L’auteur s’appuie sur le Coran et la Tradition pour dégager des hadiths étudiés tous les sens et toutes les sagesses qui y sont enfouis

     Nous espérons que le lecteur puisera dans ces écrits des enseignements qui lui serviront de lumière et de bonne direction dans sa vie personnelle, familiale et sociale.  Puisse cette oeuvre le conduire à gagner la proximité de Dieu et Son agrément, Dieu est certes Celui qui entend et exauce Ses créatures humbles aspirant à Lui.

LE PROPHETE MOHAMMED : INTRODUCTION

Mardi 14 juillet 2009

 Au Nom d’Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux

LE MODELE

Elle est mal connue, peu étudiée… rarement méditée. La vie du Prophète Muhammad (sws) – Que la paix et le salut soient sur lui -, considéré par les musulmans comme le dernier Envoyé de Dieu, est pourtant édifiante, profonde, lumineuse. Elle est l’histoire de la foi, de la mystique et de l’engagement. Elle est aussi l’histoire de la simplicité, de la conviction, de l’ouverture et de la détermination. L’histoire d’un homme, d’un Prophète. Un modèle. 

 » Il y a certes pour vous, dans l’Envoyé de Dieu, un parfait modèle pour qui désire Dieu et le jour dernier avec ferveur et se souvient ardemment de Dieu.  » [ Sourate 33, verset 21 ]
  

       Impossible d’accéder à la compréhension profonde de l’initiation spirituelle sans une méditation intense, répétée et continue sur la vie de Muhammad (sws) choisi par Le Très-Haut, pour recevoir la dernière Révélation, le Coran, et en mettre en pratique les enseignements intimes, individuels et communautaires. Rapproché de Dieu, intimement habité par Sa Révélation, il demeurait proche de ses semblables. Intensément spirituel, profondément humain.

Aisha, son épouse  nous a offert l’éclairante formule ; il vivait du rayonnement de la Révélation : dans ses prières, son engagement, ses silences, son honnêteté, son amour… son comportement, sa morale, son caractère étaient le Coran … une lumière.  

La Révélation lui a rappelé l’existence de tous les prophètes du passé et il lui a été commandé de les respecter tous, un à un, et de les mentionner avec sympathie, déférence et affection. Adam, Noé, Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, Jésus et tant d’autres – Que la Paix soit sur eux -, porteurs d’un seul message, universel, au-delà de toutes les diversités.

 Dieu est, Il est Un, Il est L’Unique, le Très-Rapproché, le Très-Haut, Créateur

des cieux et de la terre.

Sa vie fut le témoignage de cette foi, de cette responsabilité et de cet amour : un mariage de la libre spiritualité des espaces et de la conscience enracinée de la terre. Proche de Dieu, frère des hommes. 

 Mais il ne s’agit pas uniquement de se souvenir des événements de sa vie. Ils sont importants, certes, et très riches… mais cette mémoire est insuffisante. Les faits prennent le poids et le sens que notre pensée et notre méditation spirituelle leur offrent. Ils sont alors des faits ou des signes, ils sont une simple histoire ou les étapes d’une initiation.

La vie de Muhammad  (sws) exige donc davantage que notre seule faculté de mémoire… elle nous oblige à convoquer notre intelligence, notre coeur, notre conscience, notre amour. Au reflet de notre compréhension, elle dit quelque chose sur l’état de notre spiritualité, sur le chemin qui nous mène à l’Unique, oublier le Prophète, le Messager, c’est éloigner son coeur et sa conscience du Très-Doux, du Très-Miséricordieux.

Il n’est pas un intermédiaire … il est un guide, un exemple pour mieux vivre et comprendre la profonde exigence de l’immédiateté. Un homme, « un être humain », qui nous enseigne à cheminer vers le Créateur des mondes et de l’humanité.
 

Chacune des étapes de sa vie est une leçon et une initiation. Son enfance d’abord, celle d’un orphelin, éduqué dans le désert, tout à la fois seul et protégé. Très tôt nommé  As-Sâdiq, al-Amîn ,  l’être dont la parole est de vérité, et le comportement de confiance… le Très-Généreux fut son Maître, son éducateur. Il cherchait, questionnait, méditait… point satisfait « des dieux », peu satisfait des hommes, il s’isola dans la grotte de Hirâ’ des heures, des jours, des semaines entières.

     Dieu  l’appela, son coeur, sa conscience, son corps, sa vie furent désormais à Dieu. Contre vents et marées, dans l’amour comme dans l’adversité, jamais pourtant il ne négligea les êtres humains. C’est auprès de sa femme Khadija qu’il cherche le premier réconfort, c’est avec elle qu’il partage ses premières prières, c’est dans son entourage qu’il révèle et explique sa mission.  Secret d’une spiritualité qui, parce qu’elle naît du coeur, rend l’être attentif à chaque coeur. Il y a aussi ce courage, cette détermination, cette intelligence épousant le sens du sacrifice et du renoncement et qui jamais ne confond la patience avec la passivité, l’amour de la paix avec la traître démission, le respect scrupuleux des principes avec l’adaptation lucide aux circonstances.

À la Mecque comme à Médine ou sur la route de l’exil, chaque moment est un enseignement qui rappelle les priorités d’une vie pour Dieu , avec les hommes : un coeur avide et disponible, infiniment amoureux de Dieu, de la foi, de la Création ; une conscience éveillée, profonde, exigeante, mariée à un sens supérieur de l’écoute et du pardon ; une intelligence dynamique, curieuse, soucieuse de connaissance et de vérité.

Son être entier au service de son témoignage, de sa mission : donner tout de soi, de ses biens, de son temps et de son coeur pour l’Unique. Il L’a aimé, il nous a aimés, et sa vie est une école de l’amour : pour que nous apprenions à L’aimer et à nous aimer. Sincèrement, profondément, c’est l’essence de notre foi, le rayonnement de notre fraternité : la vie du Prophète (sws) est une histoire, un livre, une école… un miroir.
 

     Ces textes présentent les différentes étapes de la vie de Muhammad (sws) de façon tout à la fois simple et poétique. Une atmosphère particulière qui dit le détail et emporte le coeur et l’imagination. La chaleur de la foi, le sens de la destinée et le souffle de l’espérance.

Un Envoyé qui fut pour Dieu  dans ses propos comme dans ses silences, dans ses prières comme dans chacun de ses gestes.

Sa vie appelle notre coeur et invite à la méditation et c’est bien ainsi qu’il faut s’approcher de ce modèle et de ce guide. Cette biographie nous transporte dans une autre dimension.

 » Dis : certes ma prière, mes actes d’adoration, ma vie et ma mort sont à Dieu, Seigneur des mondes. Il n’a point d’associé. »   [ Sourate 6 - Verset 162 ]

  »Nous ne t’avons envoyé Ô Muhammed que comme une miséricorde pour les mondes » [ Sourate 21 - Verset 107 ]

     L’influence de la prophétie de Muhammad  (sws) est visible dans tout ce que le monde contient aujourd’hui de croyances et de modes de pensées, de cultures et de civilisations, de morales et de modes de vies, de connaissances et de sciences, bref, cette influence est visible dans toutes les sphères de la connaissance humaine .

    Il est donc étrange que tant de personnes sur terre aujourd’hui aient si peu, voire aucune connaissance de la vie et de la mission de ce dernier grand Prophète de Dieu  et de son impact historique sur le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Innombrables ont été les mots qui ont été dits pour décrire sa noble vie et sa personnalité, mais le but de ce rappel est de rendre, autant que possible, l’histoire dans son authenticité et sa simplicité. Cela pourra servir d’introduction pour ceux qui appréhendent le sujet pour la première fois.  

Personne ne manquera d’être touché ou inspiré par la magnificence de son caractère rayonnant : même les plus grands ennemis de Muhammad  (sws) ont dû admettre qu’aucune faute ne pouvait être décelée dans son comportement ou son intégrité. Par ailleurs, les savants occidentaux ainsi que les personnalités historiques qui, à travers les siècles, ont été assez courageux pour se pencher, avec un cour honnête, sur sa vie et ses miraculeux accomplissements, en sont arrivés à la même conclusion.

Certaines de leurs observations sont remarquables. Ainsi George Bernard Shaw a dit :

« Je le crois que si un homme comme lui devait assumer la dictature du monde moderne, il réussirait à trouver des solutions aux problèmes tout en apportant la paix et le bien-être tant désirés. L’Europe commence à être séduite par les principes de Muhammad. Dans le siècle à venir, elle pourrait aller jusqu’à la reconnaissance de l’utilité de ces principes pour régler ses problèmes. »

Lamartine, dans son long tribut au Prophète (sws), a écrit :

« Si la noblesse des intentions, la petitesse des moyens et la grandeur des résultats sont les trois critères du génie humain, qui oserait comparer n’importe quel grand homme de l’histoire moderne à Muhammad ? »

Peut-être l’exemple le plus parlant est-il celui de Gandhi qui écrivit ceci à propos du Prophète de l’Islam :

« Je deviens plus convaincu que jamais que ce n’était pas par l’épée que l’Islam s’est fait sa place à l’époque. C’était la profonde simplicité, l’auto-effacement prononcé du Prophète, la scrupuleuse application des engagements, son intense dévotion envers ses amis et fidèles, ainsi que son intrépidité, son courage et sa confiance absolue en Dieu et en sa mission. C’est grâce à tout cela, et non à cause de l’épée, que tous les obstacles ont pu être surmontés. »

Ce très court récit de la vie du dernier Prophète  (sws) ne peut – et ne cherche – en aucune façon à remplacer les précieux volumes, le produit de nombreuses années de ferventes recherches de multiples savants et historiens.

Toutes les louanges sont pour Dieu, Seigneur des mondes. Puisse-t-Il envoyer Ses meilleures salutations et la paix sur le Sceau des prophètes, Muhammad  (sws), et sur sa famille et ses Compagnons ! Amin.